Misery Business

Misery Business est une forum RP inspiré par Air Gear. Dans un pays, bordé par la mer, cohabitent cinq villes aux traditions et aux croyances différentes. Pendulum en est la capitale, symbole de puissance, représentation de la folie des grandeurs de l'homme. Celle-ci s'étend des bas-fonds jusqu'aux limites du ciel, chaque classe sociale se partage une part. Mais parmi eux, se trouvent les gangs poussés à tous les excès. Entre mage, alchimiste, ou bien simple humain, il n'y a qu'une règle : être le meilleur.

“ Rappel à tous,
Le staff vous invite fortement à jetter un coup d'oeil sur ce topic : [#MAJ] qui est mit en annonce globale partout sur le forum. Il contient toutes les petites nouveautés et offres du forum, alors allez-y ! De plus,nous rappelons que les petites bonhonnes dans les ronds, juste au-dessus, sont les top-sites de MB. Alors votez mes petits ! 8D ”
14/01/12

“ Offre de la periode des fêtes. /!\
Pour tout les nouveaux venus sur le forum, nous offrons 15 points de réputation après validation de leur fiche ! Si ce n'est pas magique ça, comme noël.(Par exemple, encore 5 points et c'est une technique en plus, ou un rang supérieur. ~) [ #Système de réputation ]   [ #Boutique de point ]
28/12/11

“ Réouverture, enfin.
Après quelque litre de sueur provenant du staff (eurk e_e), MB peut enfin vous ouvrir ses portes. Tout beau, tout neuf, on espère pronfondément que ce dernier vous plaira plus que l'ancienne version. [ #Plus d'information ]
27/12/11




“ Misery Business, c'est pour bientôt !
L'attente aura été longue, quelques mois, mais après avoir trouvé le temps on revient enfin. Souriez un peu, le plus gros est fait.Il reste encore des détails à paufiner mais ça ne prendra pas beaucoup de temps. Avant Mercredi 28, promis ! ”
25/12/11

rumeurs ;









Forum optimisé sous Google Chrome et Safari.
Contexte réfléchi par l'ensemble du staff et écrit par Lucrezia & Lullaby. Design produit par Jay, tout comme le codage avec une aide de l'extérieur. ©

Avant le gang, c'était ça.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Avant le gang, c'était ça. Lun 25 Juil - 19:11

♫ CHANSON DU MP3 ♫


Fin d’après midi. Je me baladais tranquillement dans la rue. J’avais traînée toute la journée dehors. J’avais eu un besoin pressant de me retrouver au contact des rayons chaud du soleil, et c’est pourquoi je m’étais retrouvée perchée sur un banc dans un parc toute la journée, plongée dans de sombres souvenirs. Mes longs cheveux m’entouraient complètement, longeant mon dos, quelques mèches posées sur mes épaules passaient sous mes bras qui étaient croisés sur des livres que je portais en direction de la bibliothèque. Je m’arrêtais une minute, passant mes livres d’un bras, faisant balancer mon sac à dos devant moi, je pris mon mp3 d’une main et alluma la musique « The Song of Dusk » de Sound Horizon, mon groupe favori. Je trouvais les musiques de ce groupe tout simplement grandioses, si expressives, si chargées de sentiments et en plus de cela, chacune racontait l’histoire de l’album dont il était question. Cette musique était tirée d’un album où la protagoniste s’appelait Elisabeth… Comme moi. Mes pas me guidaient au rythme de la musique, j’étais néanmoins attentive à où est-ce que je mettais les pieds. C’est ainsi que j’évitais la crotte de chien qui me faisait face. Je fis un léger coup de tête, balançant mes cheveux qui flottèrent dans le vent donnant un air presque irréel à la situation.

Il faut dire que j’étais étrange quand même, j’aimais me démarquer mais j’étais également étrange sur la réputation que j’inspirais aux autres. J’étais effrayantes mes « sourires sont effrayants » et mes « rires encore plus » selon les rumeurs. C’est pourquoi je ne souris plus. Je me démarquais aussi à cause de mes vêtements : je portais une sorte de gros gilet en laine qui n’avais pas de manches mais qui recouvrait la quasi totalité de mon corps, en dessous j’avais un petit bustier. J’avais un collier avec des coquillages ramassés à la mer. Je portais une longue jupe qui m’arrivait aux chevilles mais qui n’était pas gênante en cas de mouvement brusques ou amples. Et enfin mes sandales qui laissaient apparaître mes orteils dont les ongles arborait une couleur ambrée, différents de ceux de la main qui eux étaient plongés dans du noir. Quand je levais les bras, mon gilet de laine remontant, laissant apparaître ma peau pâle, on pouvait apercevoir que je portais une multitude de bracelets qui faisaient un peu « anciens ». J’aimais bien mon style mais souvent les gens me regardaient bizarrement. Mais je m’en fichais car le seul regard qui m’importait n’était seulement que le mien.

Pensive, je me dirigeais sur un chemin que je connaissais par cœur, vers la bibliothèque. Grand monument un peu solitaire qui imposait le respect –le mien en tout cas. Je gravissais les quelques marches pour atteindre les grosses portes d’entrées que je poussais d’un petit coup d’épaule. Je jetais un œil à l’intérieur et le silence qui y régnait me faisait le plus grand bien. Le coin de mes lèvres se levèrent légèrement, et un passant qui passait par là, me vit et tourna complètement de direction faisant que je repris une expression neutre. J’étais pas ici pour traumatiser les gens. Je fermais la lourde porte derrière moi, m’adossant à celle-ci pour m’assurer qu’elle était bien close comme il le fallait. J’avançais lentement vers la vieille surveillante qui inclina la tête de sorte à me regarder par dessus ses lunettes en demi-lunes. Elle eut une expression impassible.

- C’est pour savoir s’il y a une table de libre… Commençais-je mais elle me toisa du regard alors je m’empressais de terminer ma phrase, … pour étudier. Terminais-je.

Elle hocha lentement la tête d'un air compréhensif et me désigna une allée du menton en me disant de prendre l’allée qu’elle indiquait et qu’au bout, je trouverais une table de travail. Je la saluais rapidement, ayant horreur de faire face à ce genre de personne, et m’enfonçais entre les immenses étagères. L’endroit était sombre et légèrement étroit. En fait je pense qu’il n’y avait là de la place que pour deux personne côte à côté uniquement, pas plus. Je levais mes yeux, à travers mes cheveux qui retombaient sur mon visage, me donnant assurément un air sombre, comme d’habitude, pour apercevoir la table de travail devant moi. Je pressais le pas pour finalement déposer mes affaires sur le bureau. Je raclais la chaise sur le sol pour m’asseoir et j’entendis un « CHUT ! » dans mon dos provenant de l’avant de la bibliothèque. Sûrement cette agaçante surveillante. Je mis une de mes mèches rosée derrière mon oreille avant de m’aventurer entre deux étagères, à la recherche de livre sur l’histoire de la magie en général. Mon index caressait les reliures des livres, cherchant ceux qui entamaient ce sujet. Mais il y en avait tellement ici que c’était un peu perturbant. Mais j’adorais l’ambiance des bibliothèque, surtout de celle-ci qui semblait antique, où était-ce cet ancien monument de guerre qui en créait l’atmosphère nostalgique.

Ne trouvant pas ce que je trouvais sur cette rangée, je fis volte-face pour en cherchant d’autre, mais je fis face à un individu, ou plutôt à un homme. Plus grand que moi, l’air mystérieux, il me semblait qu’il connaisse l’endroit. Je fronçais le nez, habitude chez moi quand j’étais gênée, ici de la proximité à cause des étagères. Je baissais les yeux un instant avant de prendre mon courage à deux mains et lui adressa la parole, me penchant légèrement en avant, ma chevelure me retomba sur les yeux une nouvelle fois mais je n’y prêtais pas attention.

- Hum… Excusez moi ? Vous pourriez m’indiquer où est-ce que je pourrais trouver des livres parlant de l’histoire de la magie s’il vous plait ? Demandais-je d’une voix sombre, rauque, presque éteinte. J’étais persuadée que cet homme travaillait ici je ne savais pas pourquoi. D’un geste attentif, je retirais l’un de mes écouteurs pour écouter sa réponse.

avatar

• Messages : 58
• Inscrit le : 24/07/2011
. Don : Ombre.
« Citation : Je reste moi même.
- Humeur : Bonne.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Avant le gang, c'était ça. Lun 25 Juil - 22:26

INSOMNIE L’APRÈS-MIDI ☆


Midnight sentit quelque chose le secouer de manière brutale et régulière. Quelqu'un, plutôt. Il ouvrit doucement les yeux, et pressa ses mains contre ses oreilles de ses cris stridents et incessants. Encore allongé sur le ventre, il redressa légèrement sa tête et du attendre quelques secondes pour retrouver sa vision complète. Dieu qu'il détestait ça. Pourquoi ne vivait-il pas seul, déjà ? Ah oui, c'est vrai. Il se frotta négligemment les yeux, avant de pivoter et de se mettre sur son dos. Inconsciemment, il faisait penser à un enfant. Cependant, malgré la réaction du jeune homme, la voix strident n'avait pas cessée d'hurler d'autres injures. Cependant, elle avait arrêté de le griffer pour s'attaquer à ses oreilles qui n'avaient rien demandé pour mériter un tel traitement. Et elles devaient avoir l'habitude , maintenant, ses oreilles. Mais non, la voix était trop violente.

    « MID ! Réveille toi, merde ! »


Dieu qu'il aimait sa sœur. Une main levée arrêta l'entrain soudain de Cosmos End Blade, et souffla de façon à faire assez de bruit, avant de quitter la chambre de son grand-frère en claquant violemment la porte. La prochaine fois, cette dernière ne tiendra surement pas. L'immortel passa la main dans ses cheveux. Cette fois, elle avait une raison valable pour lui gueuler dessus. Comme quoi, dormir tôt et se réveiller en fin d'après-midi, ça attire surement les problèmes. Midnight était vraiment un phénomène de foire. Il quitta son lit en trainant des pieds et s'enferma dans sa salle de bain. Dans ses moments-là, Midnight perdait une grande partie de sa prestance, et faisait surtout penser à un gosse. Chose que sa petite-sœur bien-aimée aime lui faire remarquer. Personnellement, cela ne lui fait ni chaud, ni froid. M'enfin, c'est déjà assez rare de voir une Cosmos joyeuse, donc il préfère en profiter de manière à ce qu'elle ne s'en rende pas compte. Elle serait encore pire, alors. Midnight quitta prestement la pièce avant de rejoindre cette-pièce-que-Midnight-aime-tant-parce-qu-il-y-a-des-bouteilles-de-bourbons, mais étant donné l'humeur de sa sœur, mieux vaut éviter de s'attirer des ennuies. Il se fit un café, comme si de rien n'était, et fixa sa petite-soeur, furibonde au téléphone. Pour des inconnus, l'aîné aurait surement été Cosmos, malgré sa petite taille. Mais le fait qu'il est arrêté de vieillir compliquait légèrement les choses, alors, il préfère ne pas utiliser ce terme en public. Faut dire que mentalement, c'est un peu lui, le plus avancé. Il vida d'une traite son verre et rejoigne sa chambre pour aller s'habiller et sortir. Quelque part. Il décidera pendant le trajet. Une fois la chose faite, il quitta l'habitation afin de s'éloigner de la tension. Enfin surtout de l'aura meurtrière de sa chère petite soeur.

Cela devait faire plus d'un mois qu'il n'était pas allé au Quartier Traditionnel de la ville. Faut dire qu'il avait un peu la flemme de quitter son très cher Quartier Moderne. Il ne se soucia pas des nombreuses mèches qui se posaient sur ses yeux, c'était une simple question d'habitude après tout. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas eu une journée aussi tranquille que celui-ci, il en profita alors, oubliant cet désagréable sensation que l'on puisse lui sauter dessus. Il marcha une bonne vingtaine de minutes avant de s'arrêter devant un bâtiment qu'il n'avait encore jamais vu. Une bibliothèque. Elle ne semblait pas être fraichement construite, ... à moins que cela soit encore son esprit qui tente de l'éloigner des livres. Pas qu'ils les détestent, mais ils ont la faculté de le faire dormir plus rapidement que la normale. Je me répète donc ; Midnight est un vrai phénomène de foire. Intrigué, il finit par y rentrer, quoi que un peu dans les vapes. Le café qu'il avait bu n'était pas assez pour lui. Par chance, il trouva un distributeur et inséra une pièce de monnaie pour avoir un second café. La main munie de la boisson bouillante dans le verre en plastique, il parcourra les rayons, intrigué. Quand il était enfant, il passait ses journées de libre à lire, mais le temps est résolu et rare sont les jours où il lit. Il secoua la tête, pestant le fait qu'il est été, pendant quelques secondes, nostalgique.

Midnight s'était immobilisé devant un rayon et commençait à le « visiter » des yeux, quand il sentit une présence. Ses orbes se tournèrent vers sa gauche pour y dévoiler une fillette qui devait surement avoir plus de dix-sept années, et qui semblait vouloir lui parler. Pas vraiment interpeler, il détourna son regard de la jeune fille après l'avoir détailler, et continua son inspection, impassible. Cette fois, ce fût une voix qui l'interpella. La fillette venait de lui parler.

    « Quoi ? »


La voix qu'employa Midnight fût quelque peu surpris, interloqué et censé déstabilisé. C'était le « quoi » de « pardon ? », « hein ? » ou encore « tu te fous de ma gueule ? ». La fillette la prenait pour quelqu'un qui bossait dans ce milieu culturel. D'ailleurs, il en aurait presque rit. Serait-ce à cause de sa cravate et de sa chemise ? Il roula des yeux, et corrigea, froidement également, le tire de la fillette aux cheveux bicolores.

    « Je ne travaille pas ici. »

avatar

• Messages : 111
• Inscrit le : 01/07/2011
. Don : Contrôle de la Vitesse.
. Gang/Métier : en réflexion.

« Citation : xoxo
- Humeur : Plumé.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Avant le gang, c'était ça. Mar 26 Juil - 12:18

sf


Dernière édition par Elisabeth T. Lindon le Mar 2 Aoû - 11:54, édité 3 fois

avatar

• Messages : 58
• Inscrit le : 24/07/2011
. Don : Ombre.
« Citation : Je reste moi même.
- Humeur : Bonne.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Avant le gang, c'était ça. Ven 29 Juil - 15:37

J'AI RÊVÉ QUE TU RÊVAIS DE MOI. ♛

Midnight observa les étagères, l'air songeur. Faut dire que la dernière fois qu'il était allé dans une bibliothèque - soit quand il était encore en primaire, quelques temps après cet accident - il avait causé un bordel pas possible dans la bibliothèque du Quartier Moderne. Celle-ci devait surement existé encore, d'ailleurs. A cet époque, Midnight était considéré comme un enfant maladroit et très désorganisé. Un après-midi, il avait décidé d'aller étudier avec un de ses amis, et alors qu'il cherchait un bouquin dans l'une des immenses étagères de la bibliothèque, et bien il a perdu l'équilibre et s'est littéralement cassé la gueule. Vous voyez, dans les films, quand dans un passage, l'un des héros provoquent une chute d'étagères qui évoqueraient même une chute en série de dominos ? Et bah c'était pareil. Le petit Midnight avait fini par être traumatisé par la vieille bibliothécaire, aux cheveux crépus noués en chignon, étant donné que la vieille lui avait crié dessus comme jamais on lui avait fait. Ça explique mieux le fait que Midnight essaie de ne pas parler avec les vieux, ce traumatisme - si je puis dire ... - persistera et sera surement à vie. Ouais, il peut pas dire que ça partira quand il sera vieux, étant donné qu'il ne vieillit plus. Non, la mentalité des retraités est beaucoup trop difficile à comprendre, et puis, ça lui servira surement à pas grand chose de le savoir. Il secoua mentalement sa tête. Il s'était perdu dans la contemplation de cette chevelure bicolores qui semblaient être naturel, m'enfin, il avait peut être tord.

    « Ah, je vois. On aurait cru. »


Tiens. Une étrange sensation prit possession de son corps pendant quelques secondes. Tant de mépris dans quelques mots lui donnaient envie de la frapper. Il se contenta de resserrer son poing, tout en gardant une expression neutre, mais froide, sur son visage. Il fit comme si de rien n'était - comme toujours - et continua sa contemplation, qui le surprenait lui-même, tandis que la fillette fit la même. Et ce, pendant de nombreuses minutes, minutes qui passèrent étrangement vite. Cependant, Midnight n'était pas du genre à se soucier de ce genre de chose. Il avait le temps. Sans crier gare, il éternua d'un coup, action dû à la présence, presque effrayante, de poussières qui semblaient s'être posées sur les étagères depuis de nombreuses années. Il instaura une distance de sécurité pour protéger ses narines. Après un bref instant, Midnight fût interpeller par la même fillette. Il aurait pu continuer de l'ignorer comme lui crier ses sens, il se retourna, guidé par les cliquetis de bracelets. Elle lui demandait de l'aider pour trouver ce livre. Lui, qui venait tout juste de découvrir cette bibliothèque. Pourtant, les yeux de la fille lui indiquaient qu'elle voulait vraiment de l'aide. Il allait refuser, quand il se souvint d'une chose qui n'était censée le troublée d'aucune façon. Il venait de se rendre compte qu'il avait pitié, pitié de la voix de la fille, pitié de son attitude. C'était assez étrange. Lui, Midnight Pearl Blade avait pitié d'une personne. Décidément, Cosmos avait du mettre quelque chose de son café pour qu'il agisse de la sorte. Il prit le temps de réfléchir de manière rapide avant de lui répondre.

    « C'est d'accord. » Soupira-t-il, presque désemparé de lui-même.


L'immortel se laissa guider - grâce à des petits panneaux - à travers les nombreux étagères de la bibliothèque, tout en se demandant dans quelle galère il s'était encore fourré, sans trop regarder si la fille la suivait. Il s'immobilisait un instant et se retourna vers la fille pour lui demander le nom du livre en question.

    « En fait, c'est quoi le bouquin que tu cherches ? » Demanda-t-il, assez simplement.

avatar

• Messages : 111
• Inscrit le : 01/07/2011
. Don : Contrôle de la Vitesse.
. Gang/Métier : en réflexion.

« Citation : xoxo
- Humeur : Plumé.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Avant le gang, c'était ça. Mar 2 Aoû - 11:55

SOUVENIRS AMÈRES ♣


La bibliothèque était si silencieuse qu’on se demandait s’il y avait d’autres personnes qu’eux deux. Les grandes et austères étagères étouffaient un peu l’espace et la jeune fille avait un peu de mal à se sentir à l’aise. Elle imaginait bientôt que l’une d’elles tomberait sur elle, entraînant les autres ce qui ne ferait aucun doute que la vieille gérante crispée pousserait un cri indigné avant de la virer du lieu. Ce sont les mains tremblantes qui guidèrent cependant Elisabeth Tara Lindon, les mains blanches se posèrent sur la reliures d’un livre, et tout en marchant, elle glissa ses doigts sur de nombreux bouquins, tous entreposés ici, attendant l’heure de leur utilisation. La plupart étaient tous vieux ce qui ne surprenait pas Elisabeth sur le fond. L’homme qui la suivait était étonnamment silencieux, donnant une impression de concentration qu’Elisabeth ne pu croire. Comme si un étranger pouvait se sentir autant concerné dans sa requête. Un soupir las s’échappa de ses lèvres.

- En fait, c'est quoi le bouquin que tu cherches ? Demanda t-il simplement. Je me tournais vers lui pour lui faire face, lâchant l’étagère de ma main qui semblait me soutenir dans le peu de force que m’offrait mon corps. J’eus le réflexe de serrer le pan de mon gilet uni contre moi, je ne sus pourquoi. J’eus ensuite une seconde d’hésitation, cherchant tout bonnement mes mots. Comment lui dire exactement, comment expliquer clairement une pensée aussi vague ?

- Et bien, commençais-je lentement, levant les yeux vers le plafond faisant mine de réfléchir, je ne sais pas trop. Je cherche juste un livre qui.. Qui parle de l’histoire de la magie en fait. Terminais-je tranquillement en baissant mon regard de nouveau dans les yeux de mon interlocuteur.

Je serrais mes mains l’une contre l’autre, les frottant comme s’il faisait froid ce qui n’était pas totalement faux. Puis jetant un coup d’œil par la droite, un peu perdue dans cet grand espace, là mes souvenirs revinrent comme un coup porté directement au cœur. Mon frère jadis, aimait lire, accroître son savoir, tout comme moi. Je le revoyait assis, là, sur la chaise, un gros bouquin ouvert devant ses yeux. Le voir se pencher dessus avec une grande attention, dans sa main gauche un stylo pour relever minutieusement ses recherches toujours fructueuses. Son regard vivace figé sur les lignes. Tout cela me manquait énormément et contrairement à lui, je n’étais pas douée pour les recherches… La vision fut comme dissipée et j’eus un retour brutal à la réalité ; je sursautais en tournant vivement la tête vers l’homme, les yeux écarquillés de peur, puis me calmant, je compris enfin que ce n’était qu’une illusion. Depuis sa mort il m’arrivait fréquemment de me faire avoir par des illusions, et c’était toujours aussi douloureux. Reprenant contenance en piochant un livre au hasard et tentant de fouiller dedans – le livre parlait de guerre ce qui était un total hors-sujet-, je ravalais mes larmes du mieux que je pouvais, me penchant de plus en plus sur un livre qui n’avait pas vraiment d’importance pour moi. Une larme s’échappa et s’écrasa sur le vieux parchemin du livre que je fermais d’un geste sec, comme pour effacer ce qui venait de se passer.

- Je pense que nous ne sommes pas dans le bon rayon, murmurais-je sombrement en reposant le livre à sa place, je pense que nous devrions aller dans un autre. Je pensais aller vers l’aile ouest de la bibliothèque, car si mes souvenirs sont bons, je crois que c’est par là que se trouve ce que je recherche. Terminais-je lentement, baissant à moitié la tête pour cacher mon visage. Je trottinais rapidement, passant à côté de lui frôlant son épaule tellement l’espace était réduit, mes bracelets commencèrent à cliqueter et je me retrouvais au centre, là où toutes les étagères se rejoignaient et formaient un cercle parfait. Il y avait d’ailleurs quelques tables de travail entreposées ici. Je remis correctement mon gilet et levais les yeux vers l’inconnu, le fixant toujours, mais mes yeux n’étaient déjà plus que le reflet d’une souffrance essayant d’être oubliée. Je l’invitais d’un regard à me rejoindre.

avatar

• Messages : 58
• Inscrit le : 24/07/2011
. Don : Ombre.
« Citation : Je reste moi même.
- Humeur : Bonne.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Avant le gang, c'était ça. Jeu 4 Aoû - 17:39

Midnight se mit à soupirer. Ce n’était que maintenant qu’il s’était rendu compte à quel point cette bibliothèque ressemblait à un labyrinthe. Il remercia intérieurement la personne qui avait décidé d’installer des panneaux un peu partout dans la bâtisse, car sinon, il se serait déjà perdu. En effet, Midnight n’était pas connu pour son sens de l’orientation, faut dire que l’orientation et lui, cela faisait zéro. Concernant la ville, à force d’y vivre, il s’avait s’y repérer mais si un jour vous décidez de le lâcher autre part, il tournera surement en rond. C’est pour cela qu’il prend soin de ne jamais partir seul, si c’est pour finir comme dans Koh-Lanta, non merci. Il se laissa guider par les étagères, tout en se demandant pourquoi il était encore ici. S’il était dans son état normalement, il serait parti directement, sans trop se soucier de la personne concernée. Faut dire que d’habitude, Midnight ne se soucie pas des personnes qui l’entourent, s’il ne se sent pas bien, ou s’il veut faire autre chose. Il agit comme une personne égoïste, qui ne pense d’abord qu’à son propre confort avant de penser à celui des autres. Il pourrait même passer pour quelqu’un de détestable, en plus du fait qu’il dégage une certaine froideur qui est censé faire fuir des personnes quand il le décide. Non, il ne s’en soucie pas, enfin sauf si vous le lui dites bien-sûr. C’est le genre de personne qui ne pense qu’à lui, enfin vous avez compris. S’il avait été dans son état normal, il serait donc parti, sauf que là, il était encore en train d’attendre la réponse de la fillette. Conclusion, il n’est pas dans son état normal. La fillette cherchait des livres sur la magie. Ben voyons, comme si elle voulait aller à Poudlard. Il ne fit qu’acquiesçait, ne laissant aucun signe troublé son visage et continuèrent leur chemin dans ce labyrinthe littéraire. Il ne vit pas le spasme, ni le visage plein de terreur de la fille qu’il aidait. Il fût arrêté par une voix sombre et lente, qui ne lui allait pas, mais pas du tout. Elle indiquait que ce rayon n’était pas le bon, tout en indiquant le bon.

    « Tu aurais pu le dire plus tôt. » Déclara-t-il avec sa voix habituelle, un peu agacé.


L’immortel se laissa guider par l’habituée des bouquins vers l’Aile Ouest – il a apprit qu’il y avait des Ailes dans la bibliothèque, bien. – Plus sérieusement, il avait l’impression que la jeune fille était schizophrène aux vues de ses gestes, m’enfin, ce n’était qu’une impression. Ils arrivèrent dans l’Aile, celle-ci semblait former un cercle, et le regard de la fille lui indiqua qu’ils étaient arrivés. Il s’avança tout en examinant le lieu et s’installa sur l’une des chaises tout en lui disant, et se moquant des « chut » qu’il entend.

    « T’as toute la rangée des livres sur la magie, je te laisse chercher. »


Oui, il l’avait aidé dans sa quête, maintenant il allait la laisser chercher tout seul. Après tout, il ne lisait pas dans les pensées, et puis elle pouvait choisir toute seule, elle était assez grande pour ça. D’ailleurs, il se demande bien pourquoi il est toujours dans cette foutue bibliothèque.

avatar

• Messages : 111
• Inscrit le : 01/07/2011
. Don : Contrôle de la Vitesse.
. Gang/Métier : en réflexion.

« Citation : xoxo
- Humeur : Plumé.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Avant le gang, c'était ça. Mar 9 Aoû - 14:31

[ Un peu court désolé >w< ]

Je jetais un coup d’œil en arrière. L’entrée de la bibliothèque me semblait dorénavant lointaine, mais peu importait, j’étais près de mon but. J’avais décidé d’ignorer les paroles de l’homme qui m’accompagnait. Après tout, il était étrange lui aussi. Il était ici sans être là je trouvais. On venait pas dans une bibliothèque pour traînait. Je veux dire, c’était pas un lieu de prédilection pour faire ce que l’on désirait, c’était plutôt un lieu de paix et de recherche, comme je faisais actuellement en parcourant des yeux avec un air concentré peint sur le visage, les rangées de livres qui me faisaient face. Je remis mes oreillettes, tranquille. J’écoutais ma musique, j’augmentais le son pour ne pas être dérangée pendant ma longue recherche.

Penchée vers l’avant, mes cheveux retombaient sur le devant, cachant mon visage. J’eus le réflexe un peu inutile de mettre une èche rose derrière mon oreille alors que les autres cheveux tombaient devant mes yeux. C’était un peu un tic chez moi d’agir ainsi. Je sortais de temps en temps de livre qui ne parlait que de pratique, or, moi je cherchais la théorie ; l’histoire même de la théorie. J’eus un regard derrière moi pour m’apercevoir que l’homme attendait patiemment. Je fronçais du nez en le regardant un peu mieux. Il était plutôt beau, enfin, je ne m’attardait jamais sur les apparences de toute façon. Mon regard se tourna de nouveau vers les livres que je piochais un peu au hasard, ne sachant pas trop où me dirigeais dans ce grand espace.

Finalement, au fin fond d’une rangée, je trouvais ce que je recherchais. Un gros manuel d’histoire de la magie. Très poussiéreux dont les pages étaient jaunes. Il tombait presque en miette. Pourtant, je le serrais contre ma poitrine comme le plus précieux des trésors, mon regard s’éclaira alors, heureuse d’avoir enfin trouvé le fruit de mes recherches. D’un pas vif, je m’empressais d’aller à la table la plus proche pour le déposer devant moi. Je m’installais prêtant peu d’attention à l’homme en face de moi. Après quelques instant de lecture sur l’introduction, je relevais les yeux pour les planter dans les siens.

- Je ne vous ai pas demandé votre nom. Dis-je non pas d’une voix interrogative mais belle et bien affirmative. Par cette simple phrase, je lui demandais indirectement de me le donner. Moi, c’est Elisabeth. Terminais-je simplement avant de reporter mon regard sur les pages manuscrites. Je passais ma main dessus comme pour sentir l’aura qui en ressortait, chose impossible, bien que je restais sceptique. Je pinçais les lèvres et demeurait concentrée.

Je tournais délicatement la première page d’un long récit et entamais ma lecture. Finalement en soupirant, je retirais une oreillette, puis l’autre, avant d’éteindre complètement mon iPod. La musique en fond me dérangeait dans ma lecture et je n’arrivais pas à saisir complètement le sens des phrases comme si la musique me dissipait un peu. J’étais tellement concentré que mon portable s’écrasa par terre, les parties s’éparpillant partout, jusqu’à sous l’une des étagères, faut d’inattention. Tête en l’air.

avatar

• Messages : 58
• Inscrit le : 24/07/2011
. Don : Ombre.
« Citation : Je reste moi même.
- Humeur : Bonne.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Avant le gang, c'était ça.


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Avant le gang, c'était ça.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: VIEUX RP'S.-
Sauter vers: